DSC_8855J’aime les sacs blancs mais j’en porte rarement.  Peut-être parce que cette couleur de cuir vieillit considérablement vite.
Peut-être parce que c’est difficile à assortir à une tenue sans faire « mariage de province ».

Saison des soldes signifie chez moi envie d’achat(s) d’objets légèrement étranges : veste à paillettes, chaussures en satin rose, gants longs jaunes, pantalon moiré ou autre futilité(s) rutilantes.

Cette fois ci juste ce sac blanc. Un Weill.
Marque ‘too much’ mais vaguement modeuse depuis que Mademoiselle Agnès en est l’égérie. C’est d’excellente qualité, légèrement vieillot et cher -très cher!. Cela s’adresse à une clientèle cinquantenaire, qui veut se sentir dans le coup, sans toutefois s’habiller chez Zara. Je n’ai aucun à priori et je me suis laissé tenter sans état d’âme.

Suffisamment grand pour contenir mes petites affaires, facile à porter à l’épaule pour un quotidien agité.
Mais ce qui m’a le plus amusée dans ce sac c’est son côté ‘copie’ Chanel sans prétention. Cela ne veut pas en être mais les codes sont repris. Les surpiqures, les chaines, le grigri qui pendouille. Amusant et à porter en toute décontraction.
Cela ne trompe personne mais fait sourire.
En tout cas moi cela me fait sourire : just a joke.