26.11.06

Extrait 5

Il est des choses que nous n'osons révéler à nous-mêmes même dans le silence, même dans les rêves que nous faisons. Les fantasmes sont des sortes de mannequins situés derrière les images et les souvenirs, et par lesquels ces derniers tiennent debout. Nous leur sommes entièrement obéissants, quoique nous redoutions d'apercevoir ces armatures antiques et passablement obscènes où se concentre notre vision et qui la préforment.Il est des structures sonores plus anciennes que ces terrificatio visuelles. Les tarabusts sont les fantasmes... [Lire la suite]
Posté par falbalas à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23.08.06

extrait 4

Mais pourquoi voulez-vous me raconter une histoire ? demandai-je, je ne comprends pas. Parce que je vends des histoires, dit-il, je suis un marchand d’histoires, c’est mon métier, je vends les histoires que j’invente. Je ne comprends pas, dis-je. Ecoutez, ce serait une longue histoire mais ce n’est pas celle-là que je veux vous raconter ce soir, je n’aime pas, en général, parler de moi, je préfère parler de mes personnages. Non, non, protestai-je, votre histoire m’intéresse beaucoup, parlez-moi de vous. C’est simple, dit le Marchand... [Lire la suite]
Posté par falbalas à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12.07.06

extrait 3

Vis, dis-tu, dans le présent;ne vis que dans le présent. Mais moi je ne veux pas le présent, je veux la réalité;je veux les choses qui existent, non le temps qui les mesure. Qu'est-ce que le présent?C'est une chose relative au passé et à l'avenir.C'est une chose qui existe en fonction de l'existence d'autres choses.Moi je veux la seule réalité, les choses sans présent. Je ne veux pas inclure le temps dans mon schéma.Je ne veux pas penser les choses en tant que présentes:je veux les penser en tant que choses.Je ne veux pas les... [Lire la suite]
Posté par falbalas à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08.07.06

extrait 2

La ville pour celui qui y passe sans y entrer est une chose, et une autre pour celui qui s’y trouve pris et n’en sort pas ; une chose est la ville où l’on arrive pour la première fois, une autre celle qu’on quitte pour n’y pas retourner ; chacun mérite un nom différent ; peut-être ai-je déjà parlé d’Irène, sous d’autre noms, peut-être n’ai-je jamais parlé d’Irène. Les villes invisibles 'Italo Calvino'
Posté par falbalas à 16:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04.07.06

extrait 1

Quand ma poitrine se serre sans raison mais que cette sensation n'est pas assez forte pour être qualifiée de tristesse, mon pur désir s'élève lentement et je finis par ne plus pouvoir l'atteindre. La piscine 'Yôko Ogawa'
Posté par falbalas à 15:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]