beigeRobe en lin écru Philosphy di Alberta Ferretti.
Simplicité absolue dans la forme et la couleur.
Décolleté forme bateau.
Détail: des coulures sur le devant en silicone.
Sandales presque invisibles en tons beige doré.
Aucun bijou.


detrobe

Dérangeant "l'ordre", juste comme j'aime.








goupil18 heures / cour de l’Hôtel Meynier de Salinelles

Romain Goupil lit ‘Infidélité’ un texte qu’il a écrit et nous propose sa ‘Théorie du poulailler’. Il navigue entre passages sérieux : peut-on encore être fidèles alors que la durée de vie s’allonge et ne pas faire plutôt un vœu reconductible tous les sept ans, pourquoi réduire les autres ‘membres’ de nos souvenirs amoureux à un simple ‘passé’ et ne pas les faire entrer dans notre vie tout court, en continuum, et passages comiques sur ses propres expériences. Assez osé pour cette assemblée de dames patronnesses, mais il les charme toutes…moi y compris !


Christine Cohendy lit ‘Retour’ de Philippe Minyana. Texte sur le retour au pays, langue ‘verte’, très ‘parlée’, parfois s’envolant vers le poétique. Christine ne le lit pas, elle le joue. Un vrai moment ; c’est pour des moments semblables que j’aime les ‘lectures publiques’. Presque à la fin, elle prend une cigarette et le texte mémorisé, l’allume et nous ensorcelle en tirant une bouffée et en disant la dernière phrase. Apnée.

20 heures / cour de l’Hôtel Meynier de Salinelles

‘La nuit transfigurée’ de Serge Rezvani. Direct sur France Culture.
Une femme enceinte abandonnée par son amant, rencontre un homme qui la prend dans sa vie, elle et l’enfant de cet autre. Poème théâtral. Marie-Josée Nat donne sa présence et sa merveilleuse voix à cette femme qui souffre et Marcel Bozonnet sa présence à cet homme d’une désolante humanité (amour ?). Tragique et beau.
Surprise : Serge Rezvani nous fait un don magnifique. Il chante quelques unes de ses chansons accompagnées à la guitare sèche. Grande simplicité, la simplicité des plus ‘grands’.’Le tourbillon de la vie’ par son auteur : inoubliable. Rare.